France

Mai 2019

 «En janvier 1939, il y a 80 ans, suite à la chute de Barcelone et de la seconde République espagnole, plus de 450 000 personnes ont pris le chemin de l’exil vers la France. Un exode que l’on connaît aujourd’hui sous le nom de «Retirada». C’est cet épisode douloureux et plein d’enseignements pour notre présent, que le département des Pyrénées-Orientales commémore avec la population et les visiteurs tout au long de l’année...»

 «Entre mer et montagnes, rivages et forêts ; (…) la côte Vermeille se découvre par son sentier du Littoral d’Argelès-sur-Mer (OTI ) à Cerbère en passant par Collioure. 32 kilomètres de côtes qui se dessinent en criques et en anses, à la fois sauvages et secrètes, mais aussi de longues plages, des ports de pêche, des vignobles à flanc de coteau et des villes fortifiées.

Les Pyrénées-Orientales peuvent se vanter d’être le seul département où la mer et la terre se rejoignent, formant ainsi une île, le massif des Albères, d’une superficie de 500 hectares. (…) Se succèdent alors, une grande diversité paysagère ; des sites naturels (la Réserve Naturelle Marine de Cerbère-Banyuls, la Réserve Naturelle du Mas Larrieu  ) et historiques (site de Paulilles), fortifications), mais aussi des vignobles; des caps; des anses; des falaises abruptes et escarpées et des larges plaines avec toujours en toile de fond, les Albères. La plus belle façon de découvrir cette côte, c’est d’emprunter les itinéraires à pieds et de longer la mer, mais on peut aussi choisir le vélo, sans oublier les nombreuses activités sous-marines autour de la plongée et du snorkeling.

Février 2019

 «Franchir les Pyrénées n’a pas toujours été un loisir insouciant pratiqué pour le simple plaisir de randonner. Ce fut, pour des milliers de républicains espagnols en 1939, une question de vie ou de mort, pour eux qui fuyaient la répression franquiste. L’année 2019 marque les 80 ans de ce qu’on appela la Retirada, la Retraite. Aujourd’hui, ces chemins de liberté sont devenus des chemins de randonnée (…). Ces chemins de la Mémoire nous mèneront jusqu’à la maternité suisse d’Elne et au mémorial du camp d’Argelès