Qu'est-ce que la prospective ?

Vous êtes ici

Qu’est-ce que la prospective ?

Et qu’est-ce qu’elle n’est pas ?

 

La prospective est l’instrument qui aide les hommes à bâtir eux-mêmes leur avenir sans se soumettre à la fatalité et sans laisser faire le hasard. Elle est une anticipation pour éclairer l’action présente, c’est-à-dire la décision, à la lumière des futures possibles et souhaitables.

C’est une création éminemment française, née dans les années 45. Elle est née dans l’esprit d’un homme, Gaston Berger, philosophe mais comme il se disait : «Philosophe en action qui se frottait quotidiennement au terrain ». Il s’est posé beaucoup de questions sur la manière de prendre des décisions ce qui l’a conduit à formaliser la méthode prospective. Sa prise de conscience fut l’explosion de la première bombe atomique qui déclenchera l’entrée de l’espèce humaine dans l’ère de l’incertitude.

Elle n’est donc :

  • Ni une lecture dans une boule de cristal
  • Ni de la futurologie (on n’imagine pas l’avenir)
  • Ni de la pré-diction (on propose, on n’assure pas à l’avance)
  • Ni de la prévision car elle n’avance pas de certitudes chiffrées concernant l’avenir

Pour le prospectiviste, l’avenir est :

  • Domaine de liberté (on a des marges de manœuvre)
  • Domaine de pouvoir (on peut se donner les moyens d’agir)
  • Domaine de volonté (on peut …. si on veut tous ensemble)

— La prospective éclaire diverses composantes du présent —

≈ Elle permet de distinguer 4 composantes :

  1. Les tendances lourdes ou même irréductibles, à prendre en considération (ex le vieillissement de la population)
  2. Les facteurs émergeants, les innovations appelées aussi des « faits porteurs d’avenir » (ex le développement du tourisme de proximité, des loisirs) dont il convient d’examiner le poids présent et futur
  3. Les facteurs d’incertitudes (la croissance économique, la situation internationale, les épidémies, le réchauffement climatique…)
  4. Les projets des acteurs et leurs attitudes (privés, publics, semi-publics….)

≈ Elle cherche à répondre à 4 questions :

  1. Qui sommes-nous ?
  2. Que pouvons-nous faire ?
  3. Que voulons-nous faire ?
  4. Comment le faire ?

≈ Enfin, la prospective se définit par 4 caractéristiques essentielles :

  1. Elle situe l’objet analysé dans son environnement global en prenant en compte la dimension du temps long : passé, présent et à venir
  2. Elle prend en considération plusieurs avenirs possibles en s’efforçant d’envisager les ruptures possibles
  3. Elle intègre des éléments qualitatifs puisqu’elle tient  compte de l’évolution de l’offre et de la demande
  4. Elle se veut pluridisciplinaire. Elle croise le regard de plusieurs spécialistes de l’objet analysé : économiste, juriste, sociologue, démographe…