Structurer et qualifier

logo velo.png

Structurer et qualifier l’offre « vélo »

Le vélo, les questions que nous nous sommes posées :

  • Qui sont nos clients « vélo » ?
  • Quelles sont leurs contraintes, leurs besoins ?
  • Comment s’organiser sur le terrain pour répondre au mieux à leurs attentes ?
  • Comment faire pour que leur expérience soit réussie ?
  • Quelles sont les évolutions à venir ?

​Les différents éléments d’observation et études mis à notre disposition, nous permettent de définir des profils de clientèles mais aussi des fonctionnements et donc des attentes différentes en fonction de ces profils.

Ces éléments vont nous permettre de faire la liste des composants de l’offre touristique recherchée par ces profils. Ainsi, sur la clientèle vélo, nous pouvons faire trois grands groupes de clientèle vélo avec, en résumé quelques caractéristiques (plus d’informations dans la rubrique observatoire)

► Les clientèles loisir qui vont utiliser le vélo en vacances, en week-end, le plus au départ de leur hébergement, souvent en famille. Le vélo est un moyen de faire du sport en douceur, privilégier sécurité, découverte, beauté des paysages et confort font partie de leur demandes. Leurs étapes sont souvent assez courtes, ils recherchent des faibles dénivelés. En fonction du type de séjour, de la composition du groupe, ils vont se déplacer avec ou sans leur vélo.

► Les clientèles vélo-tourisme qui vont utiliser le vélo comme outil de mobilité, pour des séjours itinérants, de courts ou longs séjours. Ils souhaitent avoir des itinéraires assez longs en linéaires, le plus sécurisés possibles mais aussi des hébergements, des services prenant en compte les contraintes de leur itinérance (réparation). Leurs étapes sont surtout des étapes de découvertes que ce soit des paysages ou de sites culturels ce qui leur fait apprécier des boucles à réaliser à partir d’un linéaire qui leur permet de faire une pause au court un séjour.

► Les clientèles sportives pour qui le vélo est un moyen de se dépasser. Clientèle de vélo sportif utilisant des vélos de courses ou de VTT, ils recherchent des sites répondant à leurs attentes, cols, sites labellisés …. Ces clientèles peuvent être itinérantes pour les clientèles cyclosportives (route des cols) , séjournantes ou juste excursionnistes. Ils apprécient les espaces bien aménagés et sécurisés au départ de leurs pratiques sportives, des hébergements qui leur assurent la sécurité pour leurs vélos, des services liés à leurs pratiques.

Nos travaux porteront sur la mise en relation de l'attente client et des offres présentes Cela impliquera d'inventorier les composantes de l'offre existante de la plus simple à la plus spécifique.

composantes de l'offre

Les itinéraires

L’itinéraire, sa qualité (revêtement, signalétique, maintenance), la sécurité qu’il apporte. Ces éléments sont donnés par les différents aménageurs que sont les départements, les communautés de communes, les communes. L’absence de rupture entre itinéraire et traversée de communes (du ressort de la commune souvent en lien avec ses partenaires communauté de communes et département). Il peut éventuellement être compensé par des liaisons intermodales de type bus ou train.

Les principaux itinéraires dans les Pyrénées-Orientales

Le rôle du Département dans l’aménagement des itinéraires

Structurer l’offre de service et touristique

1 - Un périmètre défini autour des itinéraires :

Le périmètre de proximité proposera des offres touristiques ou de services atteignables depuis l’itinéraire ou du site. La distance définie est une zone de 5 km maximum autour de linéaire (périmètre évalué à partir de clientèles itinérantes). Elle sera souvent réduite à 1 km pour certains services de proximité immédiate. En cas de  présence d’offres touristiques exceptionnelles (site), ce périmètre pourra être élargi à condition que les itinéraires d’accès restent sécurisés et signalés pour atteindre le site.

Dans tous les cas, les conditions de sortie de l’itinéraire pour joindre les différents points d’intérêt doivent prendre en compte en priorité la sécurité des cyclistes en aller et retour, une bonne information sur l’itinéraire en l’absence de signalétique (traces gps, informations sur site web... )

2 - Les services de proximité immédiate :

♦ Informations météo :  les cyclotouristes sont tous Météo-dépendants. L’accès à la météo au départ via des sites internet, une information disponible dans un Office de Tourisme (notamment en montagne..) ou un affichage de la météo dans des lieux de passage (loueurs, hôtels…).

De mauvaises conditions météo pourront aussi entrainer le besoin pour le cyclotouriste de modifier un séjour (doublement de nuitée ou annulation de nuitée).  De fait, elle demandera aux hébergeurs d'être souples sur des demandes de dernière minute.

♦ Accès aux toilettes : l’information sur les toilettes publiques existantes le long de l’itinéraire ou dans les communes traversées est importante. Cette information devra être présente sur les bases de données d’information touristique pour pouvoir être positionnées sur les itinéraires et utilisées sur les sites web ou applications mobiles. Elle doit aussi comporter les horaires d’ouverture s’il y en a.

♦ Accès aux points d’eau : l’information sur les points d’eau potable est également importante surtout sur des itinéraires longs ou ne proposant pas de traversées de communes de manière rapprochée. 

3 - Les services liés directement à l’utilisation du vélo et à la pratique :

♦ La réparation des vélos : les réparateurs de vélo devront être inventoriés mais devront être complétés par de petits services d’urgence proposés par des prestataires. Le label accueil vélo demande ainsi à ses professionnels marqués d’avoir à sa disposition un kit de réparation ainsi que la liste des réparateurs situés à proximité.

♦ Les vélos à assistance électrique (VAE)  amène aussi de nouveaux besoins : rechargement des batteries des vélos, réparations spécifiques.

Il faudra donc savoir si il existe des :

          • Points de recharges Vélos à assistance électrique (VAE) : points individualisés ou possibilité de recharge dans des commerces, les deux options sont possible. Économiquement, un cyclotouriste qui aura la possibilité de recharger sa batterie dans un restaurant aura tendance à consommer sur place. Découvrir point de recharge du dispositif Sydel 66 dans les Pyrénées-Orientales

          • Réparateurs de vélos à assistance électrique

          • Situer ces services le long des différents itinéraires

♦ Les nouvelles pratiques d’itinérances à vélo : des besoins en équipements et services qui changent

          • Des clientèles connectées : GPS, téléphone mobiles.. Ceci nécessitera donc de  pouvoir mettre à leur disposition des informations sur les connexions possibles (sites, hébergements..) et des possibilités de mise à disposition de traces GPS qui pourront être téléchargées.

          • Racks vélo mais aussi boxes vélo (urbain et non urbain) : ce point est un élément majeur pour le développement de la consommation du cyclotouriste. Son vélo doit pouvoir être laissé dans un espace lui permettant de poser son vélo sans l’abîmer (prenant en compte les largeurs des pneus pour certains types de racks), sans qu’il puisse être volé. (Le vol constituant le deuxième obstacle à l’usage du vélo après l’insécurité routière). Si le cyclotouriste ne peut pas laisser son vélo en toute quiétude, il ne s’arrêtera pas pour une visite

Découvrir le projet spécifique  sur ce thème de la communauté du Vallespir 

Les hébergements devront quant à eux pouvoir offrir des possibilités pour garer les vélos en toute sécurité, le plus souvent dans des endroits situés à proximité et clos.

4 - Conditions d’accès aux itinéraires : en voiture, en train, en avion, en bus

Cette information requiert une connaissance spécifique sur les possibilités de transport des vélos autour des itinéraires vélos.

               • En voiture : inventaire des parkings points de départ des itinéraires mais aussi possibilités de parking ou garages de longues durées pour les clientèles qui partent en itinérance dans les communes ou depuis certains hébergements.

                • Connaissance plus spécifique sur les possibilités de transport des vélos autour des itinéraires vélos mais aussi d’un point d’hébergement vers un itinéraire :  bus, taxi, transporteurs spécialisées…

                • Cela ne nécessitera que les prestataires le long de l’itinéraire sachent informer les cyclotouristes de l’itinéraire possible pour les rejoindre.  

Dans leur accès habituellement décliné : « en voiture », « en bus », « en train », « en avion »  il faudra que les prestataires pensent à ajouter les accès : « à vélo ».

Possibilités de liaisons multimodales avec un vélo :

          • En train : connaissance des possibilités d’accès aux trains, et plus spécifiquement possibilités d’accès aux gares avec des vélos (conditions de traversées de quais par sous-terrain ou aérien) La gare pouvant être également un point de départ pour un itinéraire ou une visite. Il faudra s’assurer que des boxes vélos sont présents dans la gare ou autour de la gare. (Une action plus spécifique est en cours sur la France entière sur l’équipement des boxes vélos dans les gares)

          • En bus : lignes existantes, horaires, points d’arrêts, possibilités de charger un vélo et conditions de chargements (vélos pliés, vélos sous housses, vélos accrochés…).

          • Les aires multimodales, leurs équipements et services devront être connues et positionnées si proche des itinéraires cyclables

5- S’alimenter sur et autour des itinéraires :

Un inventaire des services de proximité immédiate à partir de 1 km devra être fait sur ce thème.

Les points d’alimentation en fonction de la situation des itinéraires pourront comprendre différentes typologies d’offres : commerces alimentaires, les producteurs de terroir avec points de vente, les restaurants, les bar-restaurants ou service de paniers repas depuis un hébergement.

Les aires de pique-nique : géolocalisation des points tables pique-nique autour et sur l’itinéraire avec qualification des aires de pique-nique (poubelles, points d’eau..).

6 - Découvrir, visiter à partir des itinéraires :

Ils seront inventoriés sur un périmètre de 5 km autour des itinéraires : lieux de visites et de loisir. Ils devront posséder des racks vélos ou solutions pour parquer les vélos en toute sécurité (local clos, abri sécurisé ...). Ils ne seront pas positionnés si leur accès depuis l’itinéraire est jugé dangereux à vélo.

7 - Dormir, Séjourner autour des itinéraires :

Les hébergements seront inventoriés sur un périmètre de 5 km autour des itinéraires possédant des possibilités de garer un vélo en toute sécurité (local individuel, espaces clos…). Les hébergeurs devront pouvoir s’adapter aux demandes de cette clientèle sur les points déjà abordés : météo dépendance, assistance en cas de petites avaries, préparation de panier pique-nique.. Mais aussi pour certaines clientèles de possibilités de repas adaptés à une pratique plus sportive.

8 - autres services :

Pour rassurer les néo-pratiquants, certains services ou équipements devront également être inventoriés :

          • Location de vélos : en fonction des situations géographique des listes de loueurs, liste des types de vélos disponibles mais aussi des locations liées (casques, remorques enfants..)

⇒ Retrouver les loueurs de vélos sur la carte Vélo sur notre site pro  et sur le site grand public de l'ADT

          • Professionnels de l’accompagnement et de l’encadrement vélo.

⇒ Retrouver les accompagnateurs de vélos sur la carte Vélo sur notre site pro et sur le site grand public de l'ADT

          • Agences réceptives spécialisées

9 - Séjours en itinérance, des services supplémentaires seront inventoriés :

Lavage du linge : buanderie ou service fourni dans l’hébergement, laveries.

Services de bagagerie : (non applicable pendant le plan Vigipirate hors entreprises spécialisées)

Transport de bagages : d’un point à un autre (services de taxis ou de transporteurs spécialisés).

offre et connaissances des contraintes

Tous ces éléments mis bout à bout ne constituent pas pour autant une offre vélo si ces offres ne se complètent pas entre elles le long de l'itinéraire et n'impliquent pas une connaissance de leurs contraintes, l’ADT vise ainsi à :

♦ Sensibiliser via les Offices de Tourisme à l’accueil de ces clientèles à la diffusion de plans de ville avec plans de circulation vélo, à la sensibilisation de leurs socio-professionnels ;

♦ A développer le label accueil vélo 

♦ A faire évoluer certains outils de communication mettant en valeur l’accueil de ces clientèles.

♦ Mettre en valeur les agences réceptives spécialisées dans les séjours cyclotouristiques

          ⇒ Le rôle clé des Offices de Tourisme et de leurs points d’information :

Accueillir, orienter, conseiller les touristes font partie des missions clés des Offices de Tourisme. Mais ce rôle est aussi orienté directement vers leurs propres instances et leurs socio-professionnels. Sensibiliser sa commune, son inter-communalité à s’engager à investir dans des racks vélos, des bornes de recharges, des consignes à bagages, expliquer à un socio professionnel quelles sont les évolutions des clientèles et leurs contraintes font partie de leurs missions. Les Offices du Tourisme situés sur ou à proximité immédiate d’un itinéraire s’engagent actuellement aux côtés de l’ADT dans cette sensibilisation.

Il joue aussi un rôle important aux côtés de l’ADT dans le recensement et la mise à jour des différentes composantes de l’offre (situation, conditions d’ouverture, géolocalisation…) via notre base de données communes qui permet la diffusion de l’information sur les supports internet ou papier. 

Les conditions de notre réussite sur cette thématique passeront par :

♦ Des itinéraires sécurisés et de qualité proposant le moins de ruptures possibles ;

♦ Une connexion bien sécurisée et bien signalée aux aménagements cyclables des villes et aux transports publics ;

♦ Une offre de service sur l’itinéraire et hors des villes, des sites et des établissements d’accueil de qualité ;

♦ Une diffusion de l’existant via nos supports de promotion et réceptifs (cartes, dépliants, panneaux d’information, web…) doublée par une bonne qualité des informations diffusées ;

♦ Un travail en réseau des acteurs de cette filière permettant une bonne connaissance et une évolution de cette offre répondant à l'attente client.